cloud cloud cloud cloud cloud

Il existe de nombreux systèmes de surveillance pour villas et appartements. Comment cela fonctionne ? Comment bien protéger ses biens ?

Année après année, la police constate une augmentation des cambriolages : pour le seul canton de Vaud, quelque 8288 cas en 2006 (près de 23 par jour), en augmentation de 33% pour les habitations. Quant à 2007, elle est qualifiée d’année record. Ces augmentations constantes touchent davantage les habitations individuelles que les commerces, signe peut-être que ceux-ci sont mieux protégés.

Mais justement, comment se protéger ? Malgré la surveillance citoyenne dans les quartiers, malgré le nombre croissant de maisons et d’appartements équipés de systèmes de protection divers, les chiffres paraissent suivre une ascension inexorable. Face à cette angoissante évolution, propriétaires et locataires demandent évidemment : « Que fait la police ? » Mais, sans attendre la réponse, se tournent massivement vers les systèmes d’alarme – un marché en pleine croissance, où la concurrence est rude.

Il existe une large gamme d’équipements, mais tous fonctionnent selon des principes comparables, dans trois catégories principales.

– L’alarme sonore simple

Dès qu’une porte est ouverte ou qu’une fenêtre est brisée, une sirène très puissante (130 décibels) se met en marche à l’intérieur du logement (interdite à l’extérieur). Le bruit est tel que l’effet est clairement dissuasif : on n’imagine pas un voleur continuer tranquillement à vider les tiroirs, d’autant que les voisins vont être alertés aussi. Le but premier de tels systèmes est d’arrêter les cambrioleurs avant qu’ils ne pénètrent dans la maison, afin d’éviter non seulement les vols, mais le vandalisme. Un seul boîtier suffit pour un logement, à condition de laisser toutes les portes intérieures ouvertes. La sensibilité peut être modulée, notamment si l’on a une chatière.

– Les systèmes d’alerte à distance

Le boîtier d’alarme de l’installation est programmé pour envoyer, sur un ou plusieurs téléphones portables (soi-même, voisins, centrales d’alarme…), une alerte sous forme de message vocal préenregistré, de SMS ou de MMS avec une vidéo de 15 secondes balayant la pièce sous surveillance – et donc les intrus.

– Les systèmes reliés à une centrale

Il est exclu pour un particulier d’être relié directement à la police, en raison du nombre très élevé de fausses alarmes (99%, selon la police vaudoise). Ces systèmes sont donc reliés à une centrale d’alarme privée – une soixantaine en Suisse romande – qui assurent la surveillance, 24 heures sur 24, des bâtiments protégés, et la fonction, essentielle, de la levée de doute, puis l’intervention sur place cas échéant, soit par des agents privés, soit par la police.

Source :

www.bonasavoir.ch

Commentaires fermés sur Quand sonne l’alarme

Comments are closed.

IVS – Société de Sécurité
Téléphone :+41 (0) 22 312 12 12
Email:ivs(at)ivs-securite.ch
Adresse :50, rue du Rhône, 1204 Genève Suisse
Powered by SPICES prandcom ®Tous droits réservés – Copyright 2019